Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Aujourd'hui, il y a 2 mois

«Le sel de ma terre», l’autre facette de Hassan El Glaoui.
Une exposition qui dévoile une centaine de ses œuvres dont très peu vues de son vivant.

Après avoir célébré l’œuvre du pionnier Cherkaoui, le Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain de Rabat (MMVI) accueille cette fois-ci une grande exposition en hommage au grand artiste de la modernité marocaine, Hassan El Glaoui intitulée «Le sel de ma terre». Cette exposition inédite qui se déroule du 2 avril au 31 août parcourt sept décennies de travail de cet artiste et dévoile une centaine de ses œuvres datant de 1940 à 2010. «Je suis très heureuse que le MMVI consacre cet hommage à mon père.

C’est une exposition pour le public de découvrir son entourage intime», a indiqué Touria El Glaoui, fille de l’artiste et commissaire de cette exposition. Abdelaziz El Idrissi, directeur du Musée, a souligné pour sa part que «El Glaoui nous a quittés il y a presque un an en léguant une riche production artistique imprégnée par une sensibilité inouïe qui se voit dans le traitement lumineux des couleurs, dans les traits élancés et fins dépeignant de tendres portraits, des paysages aériens, des natures mortes poétiques et des scènes de chevaux où culminent la beauté de la figuration et la prouesse de la composition».

Il faut dire que «Le sel de ma terre» revient sur deux aspects clés de la vie et du travail du peintre. D’une part son travail de portraitiste, qui s’est attelé à peindre des personnages de son entourage intime (sa femme et ses filles notamment, ou certains amis) tout autant que des scènes d’intérieur propres à la vie au Maroc dans les années 1940 et 1950 ainsi que des natures mortes. Ces tableaux dévoilés dans l’exposition, chers à l’artiste, furent très peu montrés de son vivant. L’exposition présente par ailleurs une large sélection d’œuvres s’intéressant à la vie culturelle et politique de son pays et de son temps, témoin que fut Hassan El Glaoui, par sa naissance et ses passions, de certains moments et traditions du Maroc de ces dernières décennies.

Des œuvres de prime jeunesse

C’est une sélection thématique qui est présentée ici, parmi les toutes premières que Hassan El Glaoui peint autour des années 1946-1947. Il est alors âgé d’environ 24 ans et n’est pas encore inscrit à l’école des beaux-arts de Paris. L’influence des grands modernes est bien là : couleurs fauves, touche impressionniste, aplats à l’intérieur et contours au noir à l’extérieur, sujets pris sur le vif, et… point de chevaux. C’est aussi l’une des rares œuvres datées de l’artiste.

Natures mortes

Au cœur de l’œuvre de Hassan El Glaoui se trouvent les natures mortes et les portraits. Il l’a dit : les gens qui affirment que je suis le peintre des chevaux ne connaissent pas ma peinture. Pour tout peintre, le défi se trouve dans l’essence qu’il essaye d’insuffler aux objets en des compositions sciemment hiérarchisées, ou qui se trouvent là en attente d’être immortalisés sur le papier.

Chevaux et cavaleries

Les chevaux disent la fidélité de l’artiste à son sujet. Les chevaux de Hassan El Glaoui sont les héritiers de ceux qui, à Lascaux ou dans la grotte de Chauvet, tutoient l’horizon des origines. Leur parade a accompagné Paolo Uccello, Léonard de Vinci, François Clouet, Diego Velasquez, Diego Ribera, Théodore Géricault et Eugène Delacroix. Hassan El Glaoui se sait le continuateur de la longue lignée des artistes qui, avec le stylet, le ciseau, la mine de plomb ou le pinceau, a perpétué sur le mur l’argile des poteries et tous les supports qui s’offrent à la main, les courses qui racontent l’histoire.

Lire Source
Lire aussi

Concert: Du grand classique brésilien à Rabat.

Franz Liszt, Sergei Rachmaninoff et Alexander Scriabin , mais également des compositeurs brésiliens tels que Heitor Villa-Lobos, Alberto Nepomuceno, Claudio Santoro, à l’honneur à Rabat.
Guelmim : «Ruya» remporte le Grand Prix du Festival Oued Noun du cinéma.

C’est le court-métrage libanais « Ruya » (12 minutes) du réalisateur Carlos Haidamous qui a décroché, samedi soir à Guelmim, le Grand Prix de la 8e édition du Festival Oued Noun du cinéma.
la parade d'ouverture de la 22ème édition du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d'Essaouira

’est avec la traditionnelle parade d’ouverture qu’a démarré la 22ème édition du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira. Les festivaliers venus des quatre coins de la planète ont eu droit à un spectacle haut en couleurs où s’entremêlent chants et danses folkloriques sous le regard bien veillant des autorités, mobilisées en nombre pour assurer le bon déroulement de l’événement.
Tourisme: Le Marrakech du Rire fait grimper le baromètre.

Pour la soirée de gala, Jamel et ses amis ont enchanté les spectateurs: Ci-dessus, Jamel avec Bigflo & Oli, rappeurs français.
Musiques sacrées: Voilà pourquoi la 25e édition sera «exceptionnelle».

De la Cordoue judéo-arabe à l’Afrique Subsaharienne, Fès, bien avant nos grandes métropoles, avait déjà cette capacité d’intégrer des phénomènes migratoires, et une abondante littérature circulait bien avant l’avènement d’Internet et du streaming. L’histoire de la ville sera contée lors du spectacle création, le 14 juin, par des artistes venant de plusieurs pays… Un mapping exceptionnel est au menu de cette 25e édition.
Des artisans marquent de leur empreinte le Moussem de Tan-Tan.

Grâce à des touches créatives et innovatrices de haute qualité, des artisans ont marqué de leur empreinte la 15e édition du Moussem de Tan-Tan (14-19 juin), initiée par la Fondation Almouggar, sous le Haut patronage de S.M. le Roi Mohammed VI.
De l’humour et de la solidarité à la 9e édition.

Le Palais Badii, le théâtre Royal, l’Institut français et plusieurs espaces de la ville ocre se mettent au rire jusqu’au 16 juin. Le MDR soutient aussi les enfants en programmant des spectacles pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer.
L’exposition collective « Lumière et corps mystiques » ou le rédhibitoire pouvoir de la photo

La galerie casablancaise Artspace abrite une exposition photographique dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle est originale, à la fois par sa singularité artistique et la créativité collective qu’elle décline.
Dr Hamza Achour migre de l’art naïf au brut.

Ses œuvres sont présentées à la galerie Marassa à Rabat.
États-Unis : Le premier festival de bande dessinée d’Oxford dirigé par le Marocain Said Bouftass

Célèbre artiste plasticien marocain, Said Bouftass vit aux États-Unis depuis un an et demi. Le natif de Casablanca, originaire de Tafraout était professeur à l'école nationale d'architecture de Casablanca ainsi qu'à l'école nationale des Beaux-arts de Tétouan.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Toshiba - Satellite L500
Toshiba Satellite L500-131 - Core 2 Duo T6500/2,1 GHz - 15,6' HD CSV - Résolution de 1366 x 768 pixels - RAM 4 Go - Disque dur de 400 Go - Graveur de DVD Dual Double Couche - Carte graphique ATI Mobility Radeon HD 4650 - Windows Vista Edition Familiale Premium.

Leguide Voyage


Dar Aliane
La maison d'hôtes bénéficie d'une situation exceptionnelle au centre de la nouvelle ville de Fès à proximité des grandes avenues, du conservatoire de musique et de l'église de Fès. Idéalement situé au centre du capital spirituel du Maroc, Riad Dar Aliane est facilement accessible dans un quartier calme et sécurisé