Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
l'Economiste, il y a 1 mois

Impressionnistes: Un cas d’école?
Peut-on parler concrètement d’une école impressionniste? Selon divers spécialistes et historiens de l’art, les œuvres des grands peintres réputés impressionnistes sont bien trop différentes entre elles pour parler d’un cas d’école. Le terme mouvement étant plus approprié.

Il existe en effet un style «impressionniste» dans les paysages, dont Pissarro, Monet, Sisley sont les représentants les plus typiques. Cependant chaque peintre suit sa propre recherche, son propre cheminement individuel.
Point d'école donc qui aurait codifié un style de peinture unique, mais autant d'œuvres singulières qui se sont élaborées, pour un temps au moins, au sein du mouvement impressionniste. Si les artistes ont pu être très soudés, face aux attaques, il n’en demeure pas moins qu’ils avaient des personnalités artistiques très différentes, avec comme point commun: le rejet de la peinture «officielle» et une manière révolutionnaire de représenter le monde réel.

L'exclusion dont ils sont les victimes de la part des institutions (Académie des Beaux-Arts et Jury du Salon), et de la plupart des critiques les conduira de guerre lasse à se révolter et à organiser, sur une période de 12 ans, de 1874 à 1886, leurs propres expositions (8 au total), ce qui constitue une première et l'originalité marquante du mouvement impressionniste.

Une histoire relativement brève

Autre point commun, leur jeunesse. Ils sont tous nés avant 1841, à l’exception de Gauguin, Van Gogh et Caillebotte. Ce dernier sera néanmoins un acteur majeur du mouvement, alors que les deux autres ne feront que le croiser pour une brève période. Certains historiens et théoriciens de l’art discutent encore aujourd’hui de savoir si Degas, ou Cézanne, qui apparaît bien davantage comme un précurseur du XXe siècle, sont bien des peintres impressionnistes... La question n'est pas nouvelle puisque Monet écrira peu de temps avant sa mort: «...je reste désolé d'avoir été la cause du nom donné à un groupe dont la plupart n'avait rien d'impressionniste». D'autre part l'histoire du mouvement fut relativement brève, et certains des peintres qui ont accompagné ce mouvement dès son commencement, comme Renoir, Cézanne, Degas, Guillaumin, évolueront ultérieurement de façon nettement distincte.
Si les peintres impressionnistes nous paraissent aujourd’hui s’apparenter plus à une peinture plutôt traditionnelle, cela n’a pas toujours été le cas. Mais aussi révolutionnaire qu’ils furent alors, ses pionniers ont été fortement influencés par plusieurs de leurs aînés. Il faut dire qu’entre 1820 et 1850, la peinture française connaissait de prestigieux mouvements artistiques.

Il y a eu d'abord la révolution romantique avec Théodore Géricault, à qui on devra le célèbre «Radeau de la méduse» ainsi que d’autres épopées historiques ainsi qu’Eugène Delacroix, dont le fameux «Passage d’un gué au Maroc» est présenté dans l’exposition en guise d’œuvre ayant inspiré les «impressionnistes».
Il y a eu également le réalisme des œuvres du réaliste Gustave Courbet et son «Origine du monde» ou de Jean-François Millet et ses scènes champêtres ainsi que les «naturalistes» des peintres de l'Ecole de Barbizon (Daubigny, Rousseau, Troyon, Corot).

Ces artistes majeurs représentant alors l'avant-garde de la peinture française, vont constituer les modèles dont tous les impressionnistes vont s'inspirer à leurs débuts. Ils vont au fur et à mesure créer une nouvelle peinture inspirée d'une série de réflexions et d'intentions qui l'ont précédée.

En Savoir Plus
Lire aussi

Festival de Cannes : Maryam Touzani nous parle de son premier long-métrage, Adam

Maryam Touzani présente à Cannes son premier long métrage, Adam. A quelques jours de la première projection, la réalisatrice nous parle de son film, de représentativité à l'écran et de sororité à la marocaine.
Ouverture prochaine de dix salles de théâtre dans l'ensemble des régions du Royaume.

L'année 2019 est marquée par une nouvelle dynamique sur le plan de l'animation culturelle grâce à la création de dix nouvelles salles de théâtre dans l'ensemble des régions du Royaume, a souligné mardi à Rabat le ministre de la Culture et de la communication, Mohamed Laaraj.
Conférence-débat : Le réalisateur Julien Peron chez La Résidence.

Le Groupe scolaire La Résidence de Casablanca organise une soirée placée sous le signe de l’épanouissement individuel et collectif à travers la projection du film-documentaire «L’école de la vie-Une génération pour tout changer».
La pièce "Va dormi va" ouvre le bal du Festival "Aji T'hdm" à Rabat.

Un spectacle hilarant de l’humoriste Amine Radi, intitulé "Va dormi va", a ouvert, lundi soir, le bal de la 5-ème édition du Festival "Aji T’hdm", initié par Amine Belghazi et Oubeid Allah Hlal, qui forment le duo "Les inqualifiables".
Humour: Les Inqualifiables font leur show à Rabat.

Les amateurs d’humour moqueur et corrosif seront ravis. Rabat abrite jusqu’au 18 mai la cinquième édition du festival Aji T’hdm des Inqualifiables. Un show qui vise à divertir le public tout en le poussant à réfléchir sur la société marocaine à travers une belle brochette de stars de l’humour parmi lesquelles Amine Radi ou encore Hanane El Fadili.
Une semaine culturelle dédiée à Al Qods Acharif, chaque année à Fès.

La ville de Fès organisera, chaque année, une semaine culturelle dédiée à Al Qods Acharif, dans le cadre des activités culturelles programmées en application de la convention de fraternité et de jumelage entre la capitale spirituelle et la ville sainte, signée en 1982.
2ème exposition «Quand l’art s’invite en résidence» : La Fondation Banque populaire parraine 8 jeunes talents

La Fondation Banque populaire a, à l’instar de l’édition précédente, parrainé une résidence artistique au profit de ces huit jeunes artistes en herbe, durant laquelle ils ont pu acquérir de nouvelles techniques qui leur serviront dans leurs projets artistiques.
Retour de la cigogne volubile.

LE PRINTEMPS DES LIVRES JEUNESSE DU MAROC EST DE RETOUR DU 3 AU 25 MAI, DANS L’ENSEMBLE DES INSTITUTS FRANÇAIS DU MAROC. «LA CIGOGNE VOLUBILE» PORTE CETTE ANNÉE LE THÈME «CONTE ET AFRIQUE».
Les Nuits du Ramadan 2019 : demandez le programme !

es Nuits du Ramadan de l’Institut français du Maroc sont de retour du 9 au 14 mai 2019. Cette édition propose une programmation ouverte à toutes les sonorités du monde : reggae, fusion, gnawa, rythmes capverdiens, fanfare et bikutsi. Après les journées de jeûne, les mélomanes à travers 12 villes du Royaume pourront danser sur le rythme de sonorités marocaines et celles venues d'ailleurs.
Rencontre avec Abdelghani Fennane à l’IF de Fès.

La Médiathèque de l’Institut français de Fès abrite une rencontre avec Abdelghani Fennane autour de son livre «La photographie au Maghreb», Ed. Aimance Sud, 2018.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Mobilia - Asil
-Réf.as-2002 : Commode + miroir
Dimension : L101 H148 P47
Couleur :
Prix: 3450 dh
-Réf.pack Asil : Lit + sommier + 2 chevets
Dimension : 160x200
Couleur :
Prix : 6550 dh
-Réf.as-2001 : Armoire 4 Portes
Dimension : L246 H212 P66
Couleur :
Prix : 7990 DH

Leguide Voyage


Royal Golf d'Anfa
Golfeurs et cavaliers se partagent sportivement l’hippodrome puisqu’il sert aussi de cadre aux 9 trous. Outre ce parcours le Royal golf d’Anfa dispose d’une infrastructure comprenant restaurant, piscine, sauna, club house avec salle de bridge…fréquenté par une clientèle élégante !