Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
France24, il y a 5 mois

Nouveau tir nord-coréen : Kim Jong-un, la com’ à coup de missiles.
La Corée du Nord a procédé hier au tir d’une "nouvelle arme tactique" en présence de Kim Jong-un. Une démonstration de force militaire a minima qui sert, avant tout, à faire passer un message. Mais adressé à qui ?

Kim Jong-un revient à son arme de communication massive favorite : le missile. Le leader nord-coréen a supervisé, jeudi 18 avril, le tir d'une "nouvelle arme tactique", a annoncé l'agence de presse nord-coréenne KCNA. C'est le premier lancement depuis novembre 2018 et, surtout, depuis l'échec du sommet au Vietnam avec le président américain Donald Trump en février 2019.

Pyongyang s'est montré avare de détails sur les caractéristiques du missile. Il s'agirait d'une "arme tactique guidée" pouvant transporter "une puissante ogive", s'est bornée à indiquer le régime. "Le choix des mots sont importants et la Corée du Nord a insisté sur son caractère 'tactique' par opposition aux armes 'stratégiques' qui, dans le langage officiel nord-coréen, désigne celles qui sont liées au programme nucléaire", décrypte Antoine Bondaz, spécialiste de la Corée du Nord à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), contacté par France 24.

Un message adressé à Donald Trump ?

Le tir de jeudi n'avait donc rien à voir avec la démonstration de force de novembre 2017, lorsque Pyongyang avait procédé au lancement d'un missile balistique capable, en théorie, d'atteindre le sol nord-américain. Cette fois-ci, Kim Jong-un a plutôt assisté au tir d'une arme à courte portée qui pourrait s'assimiler à un dispositif anti-aérien, ont assuré plusieurs experts interrogés par le New York Times.

Le recours à une telle arme indique que Kim Jong-un voulait faire passer un message plutôt que de réaliser une prouesse militaire et technologique. Reste à en décrypter le sens. Pour une partie des spécialistes de la péninsule coréenne, le leader nord-coréen s'adressait en réalité à Donald Trump. "C'est le signe d'une frustration grandissante du leader nord-coréen qui cherche, avec ce tir, à attirer l'attention du président américain afin qu'il revienne à la table des négociations", assure Woo Jung-yeop, un expert de la Corée du Nord à l'Institut Sejong de Corée du Sud, interrogé par le New York Times. Après l'échec des négociations en février, Donald Trump semble s'être désintéressé de la question nord-coréenne. "Little Rocketman" ("le petit homme missile", surnom donné à Kim Jong-un par le président des États-Unis) a totalement disparu du fil Twitter du chef de l'exécutif américain.

Une lecture qui ne convainc guère Antoine Bondaz. "Il ne faut pas surinterpréter ce tir", assure l'expert français. Pour lui, la présence du leader nord-coréen lors d'un tir de missile était, avant tout, un geste de politique interne. "Il est obligé de faire des visites militaires régulièrement pour rassurer l'armée, et son dernier déplacement officiel remontait à six mois [lors du tir de missile de novembre 2018, NDLR]", rappelle-t-il. Le dirigeant nord-coréen doit montrer à son état-major que la voie diplomatique qu'il a exploré ces derniers temps ne signifie pas que l'armée a perdu en importance.

Recours au passé

Si Kim Jong-un avait voulu faire une grande déclaration au monde, il aurait mis son déplacement davantage en scène. "Il n'y a aucune photo officielle, ce qui indique que le régime voulait limiter l'impact international de l'événement", analyse Antoine Bondaz.

Kim Jong-un s'est même adonné à une gymnastique linguistique inhabituelle pour lui. Il a "utilisé le passé pour souligner à quel point il 'avait' été admiratif des progrès faits par les scientifiques dans le domaine nucléaire. C'est, à ma connaissance, l'une des premières fois qu'il évoque le nucléaire en utilisant le passé", note le spécialiste du FRS. Un choix de temps pour, d'après lui, souligner à la fois que ce lancement n'avait rien à voir avec le programme nucléaire, mais aussi pour "tenter de rassurer la communauté internationale", juge ce spécialiste.

Ce lancement représentait, au final, un exercice d'équilibriste délicat pour le leader nord-coréen. Il devait endosser le costume de commandant en chef à poigne "pour rassurer l'armée et montrer au monde qu'il dispose toujours d'une force de frappe", souligne Antoine Bondaz. Mais en même temps, pas question d'avoir l'air trop agressif afin de ne "pas ruiner l'image du pays qui commence à s'améliorer depuis le début des négociations avec Donald Trump", note l'expert. Kim Jong-un a gagné sa place dans le concert des nations depuis que le président américain lui a serré la main à Singapour, en juin 2018, et l'homme fort de Pyongyang n'est pas près d'en ressortir.

Voir Source
Lire aussi

Inondations dans le sud de l'Espagne : six morts, Pedro Sanchez se rend sur place.

Le Premier ministre espagnol s’est rendu samedi dans les régions du sud-est de l’Espagne frappées par des inondations. Les liaisons ferroviaires étaient toujours interrompues et des vols annulés.
Hong Kong : Huit personnes blessées après le déraillement d’un métro en une heure de pointe.

Les autorités n’ont pas encore identifié les causes de l’accident, rare sur un réseau connu pour sa remarquable efficacité.
Présidentielle en Tunisie: les "anti-système" assurent être qualifiés au 2e tour.

Deux candidats "anti-système", dont un en prison, ont affirmé dimanche soir être qualifiés pour le 2e tour de la présidentielle en Tunisie, des résultats non confirmés officiellement.
La Thaïlande et son ministre trafiquant de drogue.

Selon un quotidien australien, le secrétaire d’Etat à l’agriculture aurait trempé dans une affaire d’importation d’héroïne.
Algérie:Autorité électorale indépendante.

Le ministre algérien de la Justice a présenté mercredi au Parlement un projet de loi prévoyant la création d'une autorité indépendante en charge des élections, qui organiserait le prochain scrutin présidentiel sans que le gouvernement ne s'implique dans le processus.
11-Septembre : 18 ans après, "les terroristes continuent à tuer"

Il y a 18 ans, jour pour jour, les attentats terroristes du 11 septembre frappaient les Etats-Unis. Et 18 ans après, ils font encore des victimes. Une étude de la revue scientifique The Lancet parle de 10.000 malades liés à l'attaque terroriste. Europe 1 est allée à la rencontre de ces victimes collatérales.
La Corée du Nord propose de reprendre le dialogue et procède à de nouveaux tirs.

La Corée du Nord a tiré mardi deux nouveaux "projectiles" en mer du Japon, peu après avoir proposé à Washington d'entamer fin septembre de nouvelles négociations sur son programme nucléaire.
Le Hezbollah libanais affirme avoir abattu un "drone israélien" à la frontière.

Une semaine après une confrontation entre le Hezbollah libanais et l'État hébreu, le mouvement chiite a annoncé lundi avoir abattu un "drone israélien" au moment où celui-ci traversait la frontière avec le Liban.
L’ouragan Dorian rétrogradé en catégorie 1.

L’ouragan s’approche maintenant de la Caroline-du-Nord.
Les violences xénophobes en Afrique du Sud inquiètent le continent africain.

La montée des violences xénophobes en Afrique su Sud a suscité colère et inquiétude dans plusieurs pays du continent. Au Nigeria, les violences contre des enseignes sud-africaines se multiplient, tandis que des étudiants ont manifesté en Zambie.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - Polycube 2/3/4 rayons
1 Réf.: WH292 119 Dh
Polycube 2 rayons
Dim.: 40x29x54 cm
2 Réf.: WH293 169 Dh
Polycube 3 rayons
Dim.: 40x29x80 cm
3 Réf.: WH294 225 Dh
Polycube 4 rayons
Dim.: 40x29x106,4 cm

Leguide Voyage


Le Miramar
Le Miramar est un restaurant international à Agadir situé au dessous de la grande fameuse plage. Dans une ambiance conviviale et reposante, le chef propose un menu très varié de poissons. Une cuisine gastronomique internationale affinée fait vibrer vos plats. Confort assuré et service professionnel.