Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
France24, il y a 2 mois

Nouveau tir nord-coréen : Kim Jong-un, la com’ à coup de missiles.
La Corée du Nord a procédé hier au tir d’une "nouvelle arme tactique" en présence de Kim Jong-un. Une démonstration de force militaire a minima qui sert, avant tout, à faire passer un message. Mais adressé à qui ?

Kim Jong-un revient à son arme de communication massive favorite : le missile. Le leader nord-coréen a supervisé, jeudi 18 avril, le tir d'une "nouvelle arme tactique", a annoncé l'agence de presse nord-coréenne KCNA. C'est le premier lancement depuis novembre 2018 et, surtout, depuis l'échec du sommet au Vietnam avec le président américain Donald Trump en février 2019.

Pyongyang s'est montré avare de détails sur les caractéristiques du missile. Il s'agirait d'une "arme tactique guidée" pouvant transporter "une puissante ogive", s'est bornée à indiquer le régime. "Le choix des mots sont importants et la Corée du Nord a insisté sur son caractère 'tactique' par opposition aux armes 'stratégiques' qui, dans le langage officiel nord-coréen, désigne celles qui sont liées au programme nucléaire", décrypte Antoine Bondaz, spécialiste de la Corée du Nord à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), contacté par France 24.

Un message adressé à Donald Trump ?

Le tir de jeudi n'avait donc rien à voir avec la démonstration de force de novembre 2017, lorsque Pyongyang avait procédé au lancement d'un missile balistique capable, en théorie, d'atteindre le sol nord-américain. Cette fois-ci, Kim Jong-un a plutôt assisté au tir d'une arme à courte portée qui pourrait s'assimiler à un dispositif anti-aérien, ont assuré plusieurs experts interrogés par le New York Times.

Le recours à une telle arme indique que Kim Jong-un voulait faire passer un message plutôt que de réaliser une prouesse militaire et technologique. Reste à en décrypter le sens. Pour une partie des spécialistes de la péninsule coréenne, le leader nord-coréen s'adressait en réalité à Donald Trump. "C'est le signe d'une frustration grandissante du leader nord-coréen qui cherche, avec ce tir, à attirer l'attention du président américain afin qu'il revienne à la table des négociations", assure Woo Jung-yeop, un expert de la Corée du Nord à l'Institut Sejong de Corée du Sud, interrogé par le New York Times. Après l'échec des négociations en février, Donald Trump semble s'être désintéressé de la question nord-coréenne. "Little Rocketman" ("le petit homme missile", surnom donné à Kim Jong-un par le président des États-Unis) a totalement disparu du fil Twitter du chef de l'exécutif américain.

Une lecture qui ne convainc guère Antoine Bondaz. "Il ne faut pas surinterpréter ce tir", assure l'expert français. Pour lui, la présence du leader nord-coréen lors d'un tir de missile était, avant tout, un geste de politique interne. "Il est obligé de faire des visites militaires régulièrement pour rassurer l'armée, et son dernier déplacement officiel remontait à six mois [lors du tir de missile de novembre 2018, NDLR]", rappelle-t-il. Le dirigeant nord-coréen doit montrer à son état-major que la voie diplomatique qu'il a exploré ces derniers temps ne signifie pas que l'armée a perdu en importance.

Recours au passé

Si Kim Jong-un avait voulu faire une grande déclaration au monde, il aurait mis son déplacement davantage en scène. "Il n'y a aucune photo officielle, ce qui indique que le régime voulait limiter l'impact international de l'événement", analyse Antoine Bondaz.

Kim Jong-un s'est même adonné à une gymnastique linguistique inhabituelle pour lui. Il a "utilisé le passé pour souligner à quel point il 'avait' été admiratif des progrès faits par les scientifiques dans le domaine nucléaire. C'est, à ma connaissance, l'une des premières fois qu'il évoque le nucléaire en utilisant le passé", note le spécialiste du FRS. Un choix de temps pour, d'après lui, souligner à la fois que ce lancement n'avait rien à voir avec le programme nucléaire, mais aussi pour "tenter de rassurer la communauté internationale", juge ce spécialiste.

Ce lancement représentait, au final, un exercice d'équilibriste délicat pour le leader nord-coréen. Il devait endosser le costume de commandant en chef à poigne "pour rassurer l'armée et montrer au monde qu'il dispose toujours d'une force de frappe", souligne Antoine Bondaz. Mais en même temps, pas question d'avoir l'air trop agressif afin de ne "pas ruiner l'image du pays qui commence à s'améliorer depuis le début des négociations avec Donald Trump", note l'expert. Kim Jong-un a gagné sa place dans le concert des nations depuis que le président américain lui a serré la main à Singapour, en juin 2018, et l'homme fort de Pyongyang n'est pas près d'en ressortir.

Voir Source
Lire aussi

Attaque de rebelles yéménites contre un aéroport saoudien, 1 mort, 7 blessés.

Une attaque des rebelles au Yémen a visé dimanche un aéroport en Arabie saoudite voisine, faisant un mort, un ressortissant syrien, et sept blessés, a indiqué la coalition sous commandement saoudien intervenant au Yémen contre ces insurgés.
Conflit israélo-palestinien: La conférence de Bahreïn est vouée à l'échec, pour Abbas.

L’Autorité palestinienne estime que l’administration Trump, qui affiche son soutien à Israël, cherche à acheter les Palestiniens et à les priver d’un Etat indépendant.
Hong Kong : les manifestants bloquent une artère principale près du Parlement.

Les manifestants protestent depuis plusieurs semaines contre un projet de loi visant à autoriser les extraditions vers la Chine continentale.
L'Iran dit avoir abattu un drone américain sur son territoire.

Les Gardiens de la Révolution iraniens ont annoncé avoir abattu jeudi un "drone espion américain" qui avait violé l'espace aérien de la République islamique, selon la télévision d'Etat iranienne.
Au Mexique, le déploiement de la Garde nationale à la frontière sud inquiète.

Le déploiement de 6 000 hommes à la frontière sud du Mexique pour réduire le nombre de migrants la traversant doit s'achever mardi. Cependant, l'arrivée de cette toute nouvelle Garde nationale dans le sud du pays préoccupe experts et ONG.
L'ancien président égyptien Mohamed Morsi meurt après six ans en prison.

Le Parti de la liberté et de la justice de l’ancien président, le bras politique des Frères musulmans, a dénoncé un « assassinat »
Inde : la chaleur extrême tue au moins 49 personnes dans le nord du pays.

Les autorités de l'Etat de Bihar, dans le nord de l'Inde ont annoncé la mort d'au moins 49 personnes en 24 heures à cause des températures qui avoisinent depuis plusieurs jours les 45 degrés Celsius.
Ebola: Urgence mondiale ou pas? L’Organisation mondiale de la santé décide vendredi

Une épidémie fait rage depuis des mois en République démocratique du Congo, mais le virus a pour la première fois dépassé des frontières
Shinzo Abe en Iran pour apaiser les tensions entre Washington et Téhéran.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe s'est rendu mercredi à Téhéran pour une visite inédite d’un peu plus de 24 heures, notamment afin de faire baisser les tensions entre la République islamique et les États-Unis.
Bombardements israéliens en Syrie, près du Golan.

Depuis le début du conflit en Syrie, l’Etat hébreu a mené plusieurs raids contre des positions militaires du pouvoir de Bachar Al-Assad et ses alliés, l’Iran et le Hezbollah.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


ZENITH - DVD Duplicator
DVD Duplicator ZENITH (10 DVD)

Leguide Voyage


Riad Saada
Riad Saada n'est pas une maison d'hôtes. C'est une maison de vacances, avec une philosophie bien affirmée que vous pourrez ressentir lors de votre séjour.