Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
l'Economiste, il y a 1 mois

Agriculture: Le semis direct, un accélérateur de performance.
N’est-il pas temps de se rendre à l’évidence et de cesser de se voiler la face? Le Maroc est bel et bien un pays semi aride. L’agriculture y demeure tributaire du bon vouloir du ciel et des aléas climatiques.

C’est une agriculture pluviale qui fait aussi face à une sobriété et un manque de technologie et d’innovation qui pourraient assurer un retour sur investissement, voire simplement sécuriser un revenu de subsistance pour les agriculteurs. Les risques climatiques dépassent, aujourd’hui, le progrès enregistré par la révolution verte basée sur l’intensification et l’amélioration génétique.

Toutefois, l’émergence d’une approche de gestion de l’agro-écosystème privilégiant l’efficience de l’usage des ressources donne une lueur d’espoir pour assurer encore une meilleure productivité lorsqu’on prend soin de ces ressources naturelles. Certes, si pleuvoir reste synonyme d’une bonne production agricole, il faut aussi veiller à l’éclosion d’une agriculture performante.

Les agronomes de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA-Settat) reconnaissent que les années de recherche et développement investies dans ce domaine n’arrivent toujours pas aux résultats attendus. Et pour cause, le semis direct, solution pour pallier le manque de pluies, tarde à investir les mentalités. D’autant plus qu’il n’y a presque pas de vente de semoirs de semis direct ni localement fabriqués et assemblés ou importés.

Dans d’autres pays qui ont, certes, une bonne longueur d’avance dans ce domaine, différentes stratégies ont été mises en place. Stratégies qui ont été soutenues par les agriculteurs eux-mêmes notamment en adoptant le procédé du semis direct.

Au Maroc, une grande expérience a été entamée depuis quelques années dans la Chaouia par le Centre de recherches de l’INRA-Settat. Et ses résultats sont aujourd’hui jugés probants et plus que satisfaisants. D’ailleurs, elle a été étendue à d’autres régions du Royaume, notamment dans les Doukkala, à Guerrouane et à Oued Erromane, non loin de Meknès.

C’est connu, l’agriculture conventionnelle repose sur les travaux du sol et l’intensité du labour a toujours été synonyme de la performance des agriculteurs. Aujourd’hui, ce mode d’agriculture est remis en cause.

En effet, les recherches ont montré que les labours contribuent à la dégradation et la perte des sols par érosion, augmentent le gaz à effet de serre dans l’atmosphère (CO2) et influent sur la production par l’inefficience dans l’utilisation de l’eau et l’inadaptation climatique. C’est pour cette raison, qu’au départ, à l’échelle internationale, le semis direct a été développé pour la protection des ressources naturelles (sols et eaux) et principalement pour la lutte contre l’érosion.

Le semis direct s’est donc imposé comme un nouveau mode d’exploitation des ressources naturelles. Les chercheurs et agronomes y croient dur comme fer: c’est la solution pour surmonter les défis auxquels fait face l’agriculture marocaine, en particulier ceux d’ordre naturel liés aux sécheresses, changements climatiques et dégradation des ressources.

En effet, le semis direct consiste en l’installation des cultures sans aucune perturbation de sol préalable à l’opération de semis. Ainsi, cette installation est assurée par un semoir spécial en un seul passage. De ce fait, la fertilisation de fond et l’emplacement des semences sont réalisés avec une perturbation minimale du sol.

En outre, le semis direct est basé sur une amélioration des fonctions naturelles des écosystèmes, et donc une intensification de l’activité biologique du sol. Les modes d’application et les quantités des intrants chimiques, des engrais minéraux et organiques sont raisonnés de manière à ne pas perturber l’activité biologique dans le sol et des écosystèmes.

L’objectif ultime est d’assurer une production durable capable de subvenir aux besoins alimentaires d’une population en forte croissance et améliorer son niveau de vie.

Les principaux aboutissements de ce système de production permettent, sur le plan agronomique, une amélioration de l’efficience de l’utilisation de l’eau et des fertilisants, une amélioration de la qualité des sols et la simplification des façons agricoles par la réduction du nombre de passages sur les parcelles. En plus d’un meilleur calage des dates d’intervention pour les semis, les traitements phytosanitaires et les épandages.

Sur le plan économique, le semis direct a plus qu’un avantage. En effet, il permet une réduction des coûts de semences, des engrais et de la main d’œuvre. Et aussi un moindre recours à l’utilisation du matériel et des équipements agricoles. D’où une importante économie d’énergie et de temps.

En outre, le mode de semis direct agit positivement sur l’environnement. A commencer par la réduction des émissions des gaz à effet de serre des sols et de l’usage des carburants, la réduction des érosions éoliennes et hydriques, celle de la dégradation de la qualité des sols, des eaux de surfaces et souterraines et de la dégradation de la qualité de l’air.

Pour les agronomes, le semis direct ne se résume pas au semis sans labour, c’est plutôt un système de gestion des sols et des cultures qui vise la pérennité de la production agricole.

En Savoir Plus
Lire aussi

Une délégation de la BERD en visite au Maroc.

Les membres de la Banque européenne pour la restructuration et le développement (BERD) poursuivent leurs consultations régulières au Maroc.
L’ONMT tient son conseil d’administration : voici ce qui a été retenu.

LE TOURISME INTERNE QUI CONSTITUE LE PREMIER MARCHÉ DE LA DESTINATION FERA L’OBJET D’UNE APPROCHE INTÉGRÉE À TRAVERS LA CRÉATION D’UNE NOUVELLE MARQUE DÉDIÉE ET L’ÉLABORATION D’UNE STRATÉGIE MARKETING ET COMMERCIALE.
Conjoncture : Sentiments contrastés des chefs d’entreprises sur le 3e trimestre.

L’ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE AU PREMIER TRIMESTRE DE L’ANNÉE AURAIT ÉTÉ CONTRASTÉE, SELON LES ESTIMATIONS DES CHEFS D’ENTREPRISES INTERROGÉS PAR LA HCP DANS LE CADRE DE SES ENQUÊTES TRIMESTRIELLES DE CONJONCTURE.
Tanger: la multinationale TE Connectivity inaugure sa deuxième usine au Maroc.

Le leader mondial en matière de solutions de capteurs et de connectivité, TE Connectivity, a inauguré, mercredi à Tanger, une nouvelle unité de production au sein de la plateforme industrielle de Tanger Med.
Copropriété immobilière : L’arsenal juridique est renforcé.

UNE BONNE ENTENTE ENTRE LES COPROPRIÉTAIRES EST ESSENTIELLE POUR PRÉSERVER LE CADRE DE VIE. MAIS CE N’EST PAS TOUJOURS ACQUIS. LE REFUS D’HONORER LES CHARGES DE GESTION ENTRAÎNE SOUVENT DES CONFLITS.
Casablanca Finance City: 180 entreprises labellisées.

Un total de 180 entreprises, couvrant 46 pays africains, ont obtenu le statut "Casablanca Finance City" (CFC) à fin mai 2019 en progression de 10,4% par rapport à 2018, a indiqué, lundi à Casablanca, le Directeur général de Casablanca Finance City Authority Said Ibrahimi.
Bonne performance du textile marocain en Europe : Les exportations reprennent de plus belle

Le textile marocain regagne des parts du marché européen. Les exportations marocaines d’habillement ont grimpé de près de 5% au premier semestre 2019.
La filière des fruits rouges monte en puissance.

LA PRODUCTION DE FRUITS ROUGES A ÉVOLUÉ DE 6,11% DURANT LA CAMPAGNE 2018-2019 QUI S’ACHÈVERA EN JUIN PROCHAIN. RECONNUE EN AVRIL EN MARGE DU SIAM, L’INTER-PROFESSION VEUT METTRE EN PLACE UN CONTRAT-PROGRAMME 2019-2023. UNE ASSIETTE FONCIÈRE ADDITIONNELLE DE 1297 HECTARES A ÉTÉ PLANTÉE.
Économie circulaire: l'OCP consolide sa vision.

Le groupe de l'Office chérifien des phosphates (OCP) développe un programme d'«économie circulaire» inclusif et à portée éminemment sociale, a affirmé mardi à Montréal, Hanane Mourchid, directrice en charge de l'économie circulaire au sein du groupe.
Locaux commerciaux : le secteur se restructure.

APRÈS L’EUPHORIE QUI A DURÉ JUSQU’EN 2010, LE MARCHÉ A SUBI UNE CORRECTION ASSEZ SÉVÈRE. L’OFFRE PORTE SUR LA VENTE ALORS QUE LA DEMANDE CHERCHE LA LOCATION. LES PRIX ONT BAISSÉ DE 20 À 30% PAR RAPPORT À LA MOYENNE DES QUATRE DERNIÈRES ANNÉES.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Toshiba - NB205 N311B/W
Intel Atom N280 1.6 ghz, Mémoire 1Go, DD160 Go,Webcam intégrée, Windows Xp

Leguide Voyage


Rabat Le Pietri Urban Hotel
Situé au centre ville de Rabat, dans une rue calme et facilement accessible, Le Pietri Urban Hotel Rabat *** vous accueille dans un cadre contemporain chaleureux alliant confort et fonctionnalité.