Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
La Vieeco, il y a 4 mois

Commerce intérieur : la laborieuse marche vers la modernisation.
LE MAROC N’A JAMAIS EU DE STRATÉGIE GLOBALE DU SECTEUR DU COMMERCE, SELON LE MINISTRE DU COMMERCE ET DE L’INDUSTRIE. LE COMMERCE TRADITIONNEL RESTE PRÉDOMINANT MALGRÉ L’AUGMENTATION DES GRANDES SURFACES, DE L’ORDRE DE 575 ACTUELLEMENT.

Au début de la première plénière du Forum marocain du commerce, qui a eu lieu à Marrakech les 24 et 25 avril dernier, une petite escarmouche est passée presque inaperçue. Dans ce bref duel verbal subliminal, les deux protagonistes, Salaheddine Mezouar, président de la CGEM, et Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, ont évoqué deux constats malheureux. Il s’agit, respectivement, du manque de continuité et du retard accusé dans l’adoption d’une stratégie nationale globale en matière de commerce. On en déduit tout simplement que les efforts menés actuellement, pour mettre en place une stratégie nationale du commerce, enterrent prématurément Rawaj 2020, avant que celui-ci n’arrive à échéance.

Des objectifs trop ambitieux

«Il n’y a pas eu de continuité dans la mise en place d’une stratégie nationale en la matière», a déclaré Salaheddine Mezouar. En soulevant ce problème, le président du patronat voulait fort probablement attirer l’attention sur l’enterrement, passé presque sous silence, du plan Rawaj 2020, rebaptisé entre-temps «Maroc Commerce 2020». Lancé en 2007 par M. Mezouar lui-même, ce programme, qui avait estimé le coût de modernisation du commerce intérieur à 12,5 milliards de DH, à l’horizon 2020, est comme s’il n’avait jamais existé. Pourtant, il avait été annoncé en grande pompe, l’étude préalable avait été confiée à Ernst & Young. Pour ce qui est de ses promesses, comme celle prédisant la mise en place de 1,5 million de magasins de proximité, pour un chiffre d’affaires annuel de 350 milliards de DH en 2020, contre 110 milliards à l’époque, difficile – si ce n’est impossible – de vérifier qu’elles ont réellement été atteintes. Il est normal de se poser la question de savoir si ce sont les objectifs qui sont trop ambitieux ou si ce sont les décideurs qui ont failli ?

Quoi qu’il en soit, le ministère du commerce tente de reprendre les choses en main. Comment ? Un processus de concertation nationale «impliquant les acteurs du secteur des douze régions du Royaume» a été lancé. Il a permis, selon M. Elalamy, de mettre en place plus de 1300 recommandations, déclinées en 15 axes majeurs (voir encadré). Qu’en est-il de la stratégie Rawaj 2020? Visiblement, elle relève du passé. «Le secteur du commerce n’a pas et n’a jamais eu de stratégie globale et intégrée. Il y avait eu quelques stratégies, mais qui manquaient de vision globale. Cependant, il faut dire que la complexité de ce secteur rend difficile la mise en place d’une telle initiative, ce qui n’est pas le cas pour d’autres écosystèmes industriels», a souligné le ministre. Plus encore. Les gouvernements précédents sont aussi pointés du doigt. «Les Exécutifs précédents n’ont pas donné au secteur du commerce l’importance qu’il mérite», accuse-t-il.

Un secteur qui évolue, ses problématiques aussi

Au lancement de Rawaj 2020, l’un des objectifs était la création de 900 grandes surfaces et de 100 000 emplois directs. Les «575 grandes surfaces» annoncées par le ministre donnent une idée sur le gap à combler. Il est cependant vrai que les grandes surfaces sont en plein essor. Mais le commerce de proximité, surtout traditionnel, représente la plus grande partie du secteur. «Il y a actuellement 800000 points de vente dits traditionnels, ce qui représente 80% des commerces au Maroc, plus de 1000 souks ainsi que 830 marchés de gros», révèle le ministre de l’industrie.

En termes de produits, l’offre a connu un développement exponentiel, mais cela n’empêche pas que les problématiques liées à la fiscalité et à l’informel persistent. La réforme réglementaire étant balbutiante à cause d’une mentalité qui résiste au changement, ces problèmes risquent de perdurer, surtout que le vide juridique ambiant ne sera pas comblé de sitôt. De toutes les manières, le secteur a une opportunité inexploitée. En 2018, le commerce électronique s’est développé de plus de 50% au Maroc alors que 12,5% des Marocains ont effectué des achats par voie numérique en 2018. «Cela montre le potentiel énorme du numérique. Les commerçants ne sont pas encore conscients de ce que peut rapporter le commerce électronique. L’accompagnement de l’Etat pourra encadrer l’ouverture à ce type de commerce», a déclaré le ministre.

Voir Source
Lire aussi

Electroménager : malgré le plongeon du brun, le marché reste sur une trajectoire ascendante

Le deuxième trimestre sauvé par le gros électroménager.Les ventes du petit électroménager ont aussi augmenté grâce à ramadan.L'entrée en vigueur des droits antidumping n'a pas eu totalement les effets escomptés pour Manar, seul fabricant de réfrigérateurs du pays.
MAGHREB OLÉAGINEUX, UN PROGRAMME POUR PROMOUVOIR LES SEMENCES DE COLZA ET DE TOURNESOL

Le programme de promotion "Maghreb Oléagineux" vient d'être lancé au Maroc, permettant à la filière nationale de colza et tournesol d'améliorer ses performances grâce aux semences européennes.
Banques participatives : de nouvelles règles pour le provisionnement des créances en souffrance

CES ÉTABLISSEMENTS DEVRAIENT BIENTÔT APPLIQUER DES RÈGLES DE CLASSIFICATION DES CRÉANCES. ILS S’Y PRÉPARENT DÉJÀ MAIS CRAIGNENT QUE CES RÈGLES N’ENTRAVENT LEUR DÉVELOPPEMENT ET NE BRIDENT LEUR RENTABILITÉ.
Efficacité énergétique: Appui financier au profit des ménages.

Le Maroc décroche pour la première fois un financement de Nama Facility, un mécanisme qui fournit aux pays en développement un soutien pour la mise en œuvre des politiques d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre.
Communication financière : les opérateurs très discrets sur les indicateurs du 2e trimestre

A UNE SEMAINE DE LA DATE LIMITE, PLUS DE 70% DES ENTREPRISES COTÉES N’AVAIENT PAS ENCORE PUBLIÉ LEURS COMPTES TRIMESTRIELS. QUELQUES GRANDS COMPTES ESSAIENT D’ÊTRE PLUS RESPECTUEUX DE LA LOI. LES COMPTES SEMESTRIELS PERMETTRONT D’AVOIR UNE VUE PLUS CLAIRE DES FINANCES DES ENTREPRISES COTÉES.
Masen déjà dans la course.

Masen encourage la R&D appliquée et pré-opérationnelle adossée à un projet industriel. Pour ce faire, l’agence identifie et sollicite l’intérêt des industriels et des institutionnels nationaux et étrangers désireux de tester des prototypes en phase préindustrielle sur la plateforme Noor R&D de Ouarzazate
Rekrute lance un simulateur de salaire gratuit.

ReKrute.com, portail d'emploi leader et précurseur en transformation digitale, a annoncé le lancement du premier simulateur de salaire au Maroc, permettant ainsi à tous les candidats de se comparer gratuitement afin de mieux se positionner sur le marché de l’emploi.
Assurance inclusive.

Wafa Assurance lance Taamine Iktissadi.
AXA : augmentation de capital réservée aux salariés du groupe.

L’AUTORITÉ MAROCAINE DU MARCHÉ DES CAPITAUX (AMMC) A ANNONCÉ QU’ELLE A VISÉ, EN DATE DU 05 SEPTEMBRE, UN PROSPECTUS PRÉLIMINAIRE RELATIF À L’AUGMENTATION DU CAPITAL DE LA SOCIÉTÉ « AXA » RÉSERVÉE AUX SALARIÉS DU GROUPE.
Microdata : Le PDG réduit ses parts dans le capital.

Le président-directeur général de Microdata, Hassan Amor, a franchi à la baisse le seuil de participation dans le capital de la société de 66,66%, indique l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC).



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - CT-3341
Bureau 120 cm en métal & verre fumé
Dim.: 120x60x75 cm

Leguide Voyage


Jad Mahal
Le Jad Mahal... lieu exquis, idyllique où prendre un verre, un dîner ou y écouter de la musique, vous laissera une trace indélébile... La décoration tantôt marocaine tantôt hindi, aux couleurs et lumières chaudes, douces mélangées aux effluves enivrantes des mets préparés, vous invite à profiter de l’instant présent, qu’il soit dans l’intimité ou non.