Le déficit budgétaire atténué grâce à la privatisation et des financements innovants

Le déficit budgétaire atténué grâce à la privatisation et des financements innovants

Le solde du budget 2019 est déficitaire de 41,67 milliards de dh, un niveau plus élevé que ce qui était attendu. Les recettes fiscales, impactées par la baisse des impôts directs, ont très faiblement augmenté. En raison de l’atonie de l’activité et de la très faible inflation, le pib en dirhams courant n’a augmenté que de…34 milliards de dh.

L’année 2019 s’est achevée sur un solde budgétaire en déficit de 41,67 milliards de DH, soit, à quelques dirhams près, le même niveau qu’en 2018, selon le ministère de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration.
Par rapport à la prévision de départ, cependant, ce niveau de déficit est en dépassement de 3,3 milliards de DH.
En termes relatifs, le déficit budgétaire au titre de 2019 ressort à 3,65% du PIB au lieu de 3,3% prévu en début d’année et de 3,8% réalisé en 2018. Petite amélioration donc par rapport à l’exercice précédent, mais c’est toujours bon à prendre.
Même s’il n’a pas atteint l’objectif de départ, le gouvernement a tout de même quelque raison de marquer sa satisfaction devant ce résultat, sachant que la croissance économique en 2019 est l’une des plus chétives de ces 20 dernières années, et l’inflation la plus faible depuis 53 ans…Même en tenant compte de l’évolution générale des prix, et pas uniquement des prix à la consommation, l’inflation globale ressort à 0,8% selon le HCP.