Toulouse : L’EnoSkelet, un espoir pour les enfants atteints de paralysie cérébrale

Toulouse : L’EnoSkelet, un espoir pour les enfants atteints de paralysie cérébrale

Un jeune étudiant de l’Isae-Supaéro de Toulouse développe un projet d’exosquelette adapté aux enfants atteints de paralysie cérébrale

EnoSkelet consiste à fournir une assistance à la marche motorisée aux enfants atteints de paralysie cérébrale.
Conçu par un enseignant de l’école d’ingénieurs Isae-Supaéro de Toulouse pour sa fille, le prototype est en cours de développement.
Un étudiant qui planche sur ce concept vient d’être primé pour ce projet qui fait appel à l’intelligence artificielle.
Enora, 8 ans, est atteinte du syndrome de Little, causant une importante raideur musculaire de ses jambes. Le concept d’EnoSkelet, imaginé par son père Guilhem Michon, directeur de recherche à l'Isae-Supéaro, consiste à fournir une assistance à la marche motorisée aux enfants atteints de paralysie cérébrale comme elle.
Un projet sur lequel planche Amaury Ciurana, un de ses étudiants rencontré en 2016 dans le cadre de ses études au sein de la prestigieuse école d'ingénieurs en aérospatiale de Toulouse.« EnoSkelet sera une vraie alternative au fauteuil roulant et au déambulateur, pour des enfants pouvant faire l’expérience d’une marche quasi-indépendante », relate le jeune homme de 23 ans qui vient d’être récompensé par un prix de la Fondation Lopez-Loreta.