Photographie: confinement, en noir et blanc

Photographie: confinement, en noir et blanc

Entre la France et le Maroc, Julien Chapon offre son regard au monde. À travers des clichés en noir et blanc qu’ils partagent volontiers sur les réseaux sociaux pendant le confinement, le photographe revient sur ses envies d’éphémères comme la beauté de l’instant présent qui prend tout son sens pendant cette crise que le monde traverse. Zoom sur un travail au supplément d’âme.

Il a pour habitude de partir d’un rien pour faire un tout. Il peut s’agir d’un hangar abandonné, une bâtisse sans âme à laquelle on redonne un souffle grâce à la magie de l’art. C’est ce que le plus poétique des photographes propose à chaque fois, soit en marge du Printemps des Alizés d’Essaouira, sa ville de cœur soit sur les dunes de Dakhla ou encore dans les montagnes françaises. Il partage son temps entre ses deux pays – le Maroc et la France- et offre un regard tendre sur l’humain.
L’insoutenable légèreté du moment présent
Un bâtiment qui ne paye pas de mine, délaissé mais qui est revisité par l’œil aiguisé du talentueux designer Jean Baptiste Liotard. Quelques ampoules accrochées et des bougies pour faire la lumière sur le talent d’artistes, sur des toiles, des installations, des photos, des mots. Une expérience à vivre quelques instants car le moment est incertain, surprenant, brutal parfois mais souvent poétique.



Météo Rabat