L'UE prête à valider l'acquisition de Fitbit par Google

L'UE prête à valider l'acquisition de Fitbit par Google

La Commission européenne accepterait de donner son feu vert à l'acquisition de Fitbit par Google à condition que le géant américain n'utilise pas les données de bien-être et de santé pour du ciblage publicitaire. Les Etats-Unis et l'Australie sont également en train d'enquêter sur cette opération.

Google pourrait éviter l'ouverture d'une enquête sur l'acquisition de Fitbit à la condition que le géant technologique s'engage à ne pas utiliser les données médicales et de bien-être du spécialiste des objets connectés pour de la publicité ciblée, révèle Reuters aujourd'hui citant des sources proches du dossier. La Commission européenne, qui doit se prononcer sur l'accord d'ici le 20 juillet, a refusé de commenter.
BRUXELLES DOIT DONNER SON FEU VERT
Dès les premières rumeurs sur l'éventuel rachat de Fitbit par Google, les experts s'alarmaient. Ils redoutaient en particulier des pratiques abusives vis-à-vis de la gestion des données de santé. Malgré ces inquiétudes, la firme de Mountain View a officialisé cette acquisition le 1er novembre 2018 pour 2,1 milliards de dollars. Mais pour que la transaction soit pleinement finalisée, la Commission européenne – chargée de veiller au respect des règles du droit de la concurrence – doit donner son feu vert.