Chefchaouen : Le tourisme reprend vie dans les zones côtières

Chefchaouen : Le tourisme reprend vie dans les zones côtières

Célèbre par ses paysages mythiques de montagne et de bord de mer, la province de Chefchaouen continue d’avoir la cote auprès des estivants nationaux. A cet effet et après l’Aid Al Adha, ses principales plages, parmi les plus prisées au Maroc, connaissent une certaine affluence des amoureux de détente, de la baignade et du soleil.

Ce qui permet à la province en général et aux zones côtières en particulier de prendre le pas sur d’autres destinations touristiques au Maroc. Cette montée en puissance de la côte chefchaounaise s’explique par le positionnement de la province parmi les plus épargnées de la pandémie Covid-19, mais aussi par la beauté de ses plages et la non cherté du séjour dans ses principales stations balnéaires.Dans ce sens, elle profite du maintien de la fermeture des plages des deux villes de Tanger et d’Asilah (classées dans la Zone II), qui ont vu un grand nombre de leurs visiteurs les déserter vers les zones côtières chefchaounaises et d’autres destinations balnéaires nordiques figurant dans la position I selon les critères fixés par les autorités sanitaires.
Cette reprise permet aux professionnels de tirer leur épingle du jeu
Après une longue période de léthargie, les professionnels du tourisme et d’autres secteurs dépendant de la saison estivale mettent le paquet sur cette période post-Aid Al Adha pour pouvoir tirer leur épingle du jeu. Surtout que grâce à ses tarifs abordables, la province de Chefchaouen a réussi au cours de la saison précédente à attirer beaucoup d’estivants, qui ont décidé de déserter d’autres destinations côtières classiques du Nord, notamment M’diq-Fnideq et Martil, considérées hors de portée pour de nombreux petits et moyens budgets.


Météo Rabat