Sahara: Le dur réveil des gouvernants d'Alger

Sahara: Le dur réveil des gouvernants d'Alger

L'épisode d’El Guerguarat résonne encore comme un brusque retour à la réalité pour le régime algérien, qui s’est réveillé sur un franc soutien arabe et africain à l'intervention des Forces Armées Royales pour déloger les miliciens séparatistes qui bloquaient ce passage-frontière névralgique entre le Maroc, la Mauritanie et le reste du continent.

Le régime algérien a pris la mesure de son isolement dans son environnement régional, en étant l’unique partie à se dresser contre la décision ferme du Royaume de rétablir la légalité et de mettre un terme définitif aux gesticulations clownesques de pauvres miliciens abandonnés à leur sort par un commandement désormais habitué au luxe des palaces et complètement coupé des véritables préoccupations de la base qu’il prétend représenter.

Autant le raid terrestre des forces marocaines fut d’une précision chirurgicale, autant la surprise du régime algérien fut grande de se retrouver dans une terrible solitude et d’assister à l’effondrement brutal d’une version insidieuse des faits, savamment construite au fils des ans, à coups de pétrodollars et à force de propagande pour dénigrer le Maroc et contester sa souveraineté sur les provinces du sud.

En effet, la désillusion algérienne s’est concrètement manifestée dans les virulentes attaques médiatiques contre les pays du Golfe et la Jordanie, qui ont promptement exprimé leur soutien sans faille à l’intervention des Forces Armées Royales, qui visait, en premier lieu, à assurer la fluidité de la circulation des personnes et des biens avec le reste de l’Afrique.