Sahel : Macron veut « décapiter » les groupes affiliés à Al-Qaïda

Sahel : Macron veut « décapiter » les groupes affiliés à Al-Qaïda

Le président français a également appelé à un retour de l’État dans les territoires délaissés du Sahel et promis d’y renforcer la lutte antiterroriste.

Emmanuel Macron a appelé, aujourd'hui, à « décapiter » les groupes djihadistes affiliés à Al-Qaïda qui constituent toujours une menace au Sahel, et a exhorté les pays de la région au « sursaut » politique et à un retour de l'État dans les territoires délaissés. Le président français participait, en visioconférence depuis Paris, à un sommet G5 Sahel réunissant depuis lundi à N'Djamena cinq pays du Sahel : le Mali, le Burkina Faso, le Niger, la Mauritanie et le Tchad. Cet événement vise à dresser un bilan des actions menées depuis le sommet de Pau, il y a un an.

En dépit des succès tactiques revendiqués, le tableau demeure très sombre. Plus de huit ans après le début, dans le nord du Mali, d'une crise sécuritaire qui continue à étendre ses métastases à la sous-région, quasiment pas un jour ne se passe au Mali, au Burkina Faso et au Niger sans qu'une attaque soit à déplorer. La barre des deux millions de déplacés a par ailleurs été franchie au mois de janvier. Depuis le sommet de Pau, où Paris avait annoncé l'envoi de 600 soldats français en renfort au Sahel et désigné l'organisation État islamique au grand Sahara (EIGS) « ennemi n° 1 » dans la région, « nous avons réussi à obtenir de véritables résultats dans la zone des trois frontières », entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso, et l'EIGS « a perdu son emprise et subit de nombreuses pertes », a souligné Emmanuel Macron.