Disparition de Peng Shuai : l’ONU et le Quai d’Orsay veulent en savoir plus

Disparition de Peng Shuai : l’ONU et le Quai d’Orsay veulent en savoir plus

Lors d’un point presse aujourd'hui, une porte-parole de l’ONU s’est exprimée sur la disparition de Peng Shuai, estimant qu’il était « important » d’obtenir des preuves que la joueuse n’est pas en danger. Au Quai d’Orsay, le ministère des affaires étrangères garde également un œil sur la situation.

C’est une affaire qui commence à prendre une dimension politique internationale, bien au-delà des frontières de la communauté tennistique et sportive. Aujourd'hui, Liz Throssel, porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’Organisation des Nations unies (ONU), a exprimé son inquiétude sur la disparition de la joueuse et demandé l’ouverture d’une enquête la concernant, ainsi que des preuves que la joueuse va bien. « Il serait important d’avoir des preuves sur le lieu où elle se trouve et de savoir si elle va bien.

Et nous demandons instamment qu’une enquête soit menée en toute transparence sur ses allégations d’agression sexuelle, a-t-elle déclaré à l’occasion d’un point presse à Genève. Nous tenons à souligner qu’il est important de savoir où elle se trouve et dans quel état elle se trouve, et de savoir comment elle va. »