Le gouvernement prépare le lancement d'un emprunt national

Le gouvernement prépare le lancement d'un emprunt national

Après les sorties à l’international et le tirage de 3,275 milliards de dollars de la Banque mondiale et du FMI, le Maroc s’apprête à lancer un grand emprunt national en puisant dans les épargnes des particuliers qui ne sont pas détectées par les radars bancaires. Un choix forcé?

Les hausses inquiétantes de la dette publique et des déficits budgétaires sont les deux principaux facteurs qui ont amené les agences de notation internationales Standard & Poor’s (avril 2021) et Fitch (octobre 2020), à dégrader la note du Maroc. Et pourtant, cela n’a pas empêché le gouvernement en septembre 2020 de lever 1 milliard d’euros sur le marché international pour rembourser une tombée de dette et de revenir sur le marché début décembre de la même année en levant un montant record de 3 milliards de dollars.

Mieux, ou pire, il se prépare à lancer un grand emprunt national dans les semaines à venir. L’endettement public a battu tous les records depuis le début de la pandémie. Moins d’un mois de l’annonce de l’état d’urgence, du 6 au 8 avril 2020, il y a eu le projet de loi autorisant le déplafonnement des emprunts en devises, le tirage de 275 millions de dollars du prêt de la Banque mondiale réservé préalablement aux catastrophes puis le tirage sur la Ligne de Précaution et de liquidité (LPL) pour un montant équivalent à près de 3 milliards de dollars, soit le montant total de la ligne.